Rencontre avec Christophe du champagne Tanneux-Mahy

Le 28/04/2021
Par Maëlys Royal

01.Parlez-nous de l’histoire de votre maison, on veut tout savoir. 

Katia et moi sommes la 5ème génération de vignerons et la 4ème de vignerons élaborateur. La première « marque » était le Champagne Tanneux-Collard, de l’association nom du mari et de l’épouse. Puis le changement de « direction » imposa le changement de marque « Tanneux-Mahy ». La 4ème génération rentrant dans l’ère marketing, plus aucun changement de marque ne se fera. La maison fêtera en 2021 ses 100.ans.

02.D’où vous vient cette passion pour le champagne ? 

Transmission familiale. Mais la passion n’est pas uniquement sur le champagne mais sur l’ensemble de la production viti vincole et la vente d’où le statut de récoltant manipulant.

03.Que vouliez-vous faire étant petit ? 

Je voulais vendre de la drogue ou faire du pédiluve sur le Gange entouré de dauphins bleus. En gros, tout, sauf ce que je fais.

04. Quelles sont les spécificités de votre maison ? 

Accueillante et simple.

05.Qu’est-ce que vous préférez dans ce que vous faites ? 

Tout! et c’est parce que je fais tout, que j’aime cela. Ne travaillez que la vigne ou le vin ou la vente m’aurait déplu, lassé.

06.Et qu’est qui vous plaît le moins ? 

Me cogner un orteil dans la cheminée, me mordre la langue et promener ma tortue sous la neige !!

07.Une recette pour cet hiver à déguster avec votre cuvée ? 

Un œuf à la coque avec des mouillettes faites avec un gros pain à croute bien cuite et surmontée d’une tranche de jambon blanc !!! Si possible devant une cheminée ou de la neige qui tombe en Montagne ! Coupée, elle est bonne !

08.Si votre champagne était une célébrité, laquelle et pourquoi ? 

Louis de Funès : simplicité, vivacité, rire, bonne humeur.

09.Un lieu à ne pas louper dans votre région ? 

La station d’épuration de Mardeuil, un modèle du genre, enviée par les plus grandes capitales mondiales !! On peut aussi découvrir le vignoble qui va d’Ay à Reims en passant par Louvois  et aller se promener à pied au mont Bernon.

10.Pour finir, une anecdote à nous partager ?

J’ai coupé mon pain tout seul à 7 mois et lu Freud en 2 heures à 1 an, mais ne soyez pas vexés je ne l’ai toujours pas compris.